s 15Programme 2017 janvier octobreProgramme 2017 janvier octobre 1Programme 2016 2017 septembre

       

                                              Prochains rendez-vous :

                                        -  27septembre- 1er octobre :  Arezzo-Urbino-Assise Sur les pas de François   d'Assise et les peintres d'Ombrie 

                                             - samedi 14 octobre, 14h15: château du Gault et  marais de Sougéal

                                         - Publication Art et Histoire 2016, n° XXIX     sommaire-publication-2016.pdf (464.58 Ko)7

                                    - PROGRAMME Art et Histoire 2017  : (178.5 Ko)programme-2017-janvier-octobre-1.doc

                                                

La CATHEDRALE SAINT-PIERRE de RENNES

LA CATHEDRALE SAINT-PIERRE DE RENNES

img-1363-choeur-page-web-3.jpg    

Visite d'Octobre 2013

 

 HISTOIRE

 

   La première église du VIème siècle a supplanté un sanctuaire païen consacré à Jupiter. A la fin du XIIè siècle ,on  édifie une cathédrale gothique.

 Mais en 1533, la tour de la façade qui menace de s'écrouler doit être démolie.

    En 1541 l'évêque Yves MAHYEUC inaugure la construction d'une façade Renaissance. Mais cette façade ne sera achevée qu'au XVIIIème (1704). Le premier niveau est édifié au cours du XVIème et terminé vers 1620 par Germain Gaultier. Les deuxième et troisième niveaux sont l' oeuvre de Tugal Caris, architecte lavallois. Le quatrième et dernier sont dus à Pierre Corbineau, architecte lavallois. L'effet d'élévation est accentué par le nombre( 44) et la superposition des colonnes d'ordre différent (Toscan, Ionique, Corinthien ...). La façade  adopte le style classique. 

  Le couronnement des tours est achevé par l'architecte rennais François Huguet qui place sur le fronton les armes de France et la devise du Roi-Soleil: Nec pluribus impar.

 

 img-1372-2-nef-arriere-1.jpg

 

 

    

   Le choeur et la nef gothique menaçant de s'effondrer (chute de pierres pendant l'office en 1754), on abat l'ancien édifice entre 1756 et 1758. La reconstruction est commencée en 1787 sur les plans de  Mathurin Crucy, architecte nantais; elle est interrompue par la Révolution. La cathédrale ne sera inaugurée qu'en 1844. L'oeuvre de Crucy, de style néo-classique ,est poursuivie par deux architectes rennais, Philippe Binet et Louis Richelot.

    Après 1858, la cathédrale étant devenue Métropole religieuse de la Bretagne, Mgr Brossay-Saint-Marc entreprend  d'enrichir le décor qu'il juge très pauvre et de  transformer l'édifice en "basilique romaine". L'architecte rennais Charles Langlois modifie le décor intérieur: les  44 colonnes  de  pierre grise  dite de Crazannes ont recouvertes de stucs imitant le marbre rouge veiné , les parois sont également  ennoblies.Les caissons de la voûte  sont ornés d'arabesques et de motifs  armoriés en accord avec la métropole ( armes des diocèses bretons et des chapitres) ,oeuvre d'  Armand-Félix Jobbé-Duval, artiste-peintre.

 Autour du choeur, dans le déambulatoire, une longue fresque à la cire de l'artiste Alphonse Le Hénaff représente la procession  solennelle des Saints, évêques, ermites qui ont évangélisé la Bretagne ou ont été à la tête des diocèses bretons, Rennes, Saint-Malo, Dol, Saint-Brieuc, Saint-Pol, Quimper, Tréguier ,Vannes ;  Le Hénaff est aussi l'auteur de  la  fresque  sur fond doré " la Remise des clés à Saint-Pierre" qui couvre l'abside , imitation des  grandes mosaïques des basiliques romaines (Saint-Paul hors- les-Murs...). La  décoration porte la marque de  l'Eglise triomphante. L'artiste a également décoré le transept (vie de saint Pierre, sainte Anne, Notre-Dame de Rennes ),toutefois les 2 retables sont parisiens.

Le maître-autel ( Richelot, 1871) sculpté dans des marbres antiques  porte les anges adorateurs  de l'artiste nantais très présent à Rennais, Jean-Baptiste Barré. Sur la porte du tabernacle, une mosaïque représente le pélican nourrissant ses petits, symbole eucharistique, également blason de Mgr Brossay-Saint-Marc, dont la famille habitait Bourg-des-Comptes au château du Boschet. L'autel repose sur un dallage antique offert par le Pape  PIE IX.

 

                                                              img-1378-m-autel-web-1.jpg

      

img-1377-tabern-web

                  Le  tabernacle (mosaïque), aux armes de l'archevêque

 

Depuis 1995,  un nouveau mobilier liturgique en bronze orne le choeur ( ambon, cathèdre, autel), oeuvre  d' Arcabas et Etienne.

   Autre oeuvre remarquable :le grand orgue(4953 tuyaux) réalisé par Cavaillé-Coll (1872-73) dont le buffet grandiose  a été dessiné par l'artiste  parisien Simil.

                                                                                                                                      

 

          Le retable anversois de la Renaissance (détail de la Présentation) actuellement en restauration:

                                                                                                                      img-1354-retable-anversois-7-simeonweb-1.jpg  

 

Les travaux de restauration entrepris par la DRAC ont rendu à la nef tout son lustre; la restauration des fresques du choeur est en cours. 

                                                                                                                                                                    Art et Histoire .            

                                                                                                                                        

 

 

 

Les commentaires sont clôturés